Comment souhaiter un joyeux Noël dans d’autres langues

Que vous soyez à la montagne, dans une ville enneigée ou même à la plage sous le soleil, l’esprit de Noël nous envahit pendant cette époque hivernale.

Traduction de Joyeux Noël en plusieurs langues

Vous avez un proche, un ami ou un collègue de travail étranger, et vous voulez lui souhaiter un joyeux Noël dans sa langue maternelle ? Quelle belle attention ! C’est pourquoi FVTraductions vous aide à trouver la bonne expression à lui envoyer :

LangueExpression
AlbanaisGëzuar Krishlindjet Vitin e Ri
AllemandFroehliche Weihnachten und ein glückliches Neues Jahr
AlsacienE gueti Wïnâchte & E glecklichs Nej Johr
AnglaisMerry Christmas & Happy New Year
ArabeI’D Miilad Said ous Sana Saida
Aragonais (en Espagne)Feliz Nadal e Buena Añada
ArménienShenoraavor Nor Dari yev Pari Gaghand
Asturien (en Espagne)Felices navidaes y prosperu añu nuevu
AzerbaïdjanaisTezze Iliniz Yahsi Olsun
Basque (en Espagne)Zorionak eta Urte Berri On
BiélorusseWinshuyu sa Svyatkami i z Novym godam
BretonNedeleg laouen na bloav ezh mat
BulgareVasel Koleda; Tchestita nova godina
Catalan (en Espagne et Andorre)Bon Nadal i feliç Any Nou
CorseBon Natale e Bon capu d”annu
CroateSretan Bozic
DanoisGlædelig Jul og godt nytår
ÉgyptienColo sana wintom tiebeen
EspagnolFeliz Navidad y próspero Año Nuevo
EstonienRõõmsaid Jõulupühi Head uut aastat
FinnoisHyvää Joulua or Hauskaa Joulua
FrançaisJoyeux Noël et Bonne Année
Galicien (en Espagne)Bon Nadal e feliz Ani Novo
GéorgienGilotsavt Krist’es Shobas & Gilosavt akhal ts’els
GrecKala Christougenna Kieftihismenos O Kenourios Chronos
HawaïenMele Kalikimaka & Hauoli Makahiki Hou
HébreuMo’adim Lesimkha. Shanah Tova
HindiShubh Naya Baras
HongroisKellemes Karacsonyiunnepeket & Boldog Új Évet
IndonésienSelamat Hari Natal & Selamat Tahun Baru
IrakienIdah Saidan Wa Sanah Jadidah
IrlandaisNollaig Shona Dhuit
IslandaisGleðileg Jól og Farsaelt Komandi ár
ItalienBuon Natale e Felice Anno Nuovo
JaponaisShinnen omedeto. Kurisumasu Omedeto
LituanienLinksmu Kaledu ir laimingu Nauju metu
LuxembourgeoisSchéi Krëschtdeeg an e Schéint Néi Joer
MacédonienStreken Bozhik
MaltaisNixtieklek Milied tajjeb u is-sena t-tabja
MandarinKung His Hsin Nien bing Chu Shen Tan
MayaUtzul mank’inal
MonégasqueFestusu Natale e Bona ana noeva
NéerlandaisVrolijk Kerstfeest en een Gelukkig Nieuwjaar
NorvégienEg ynskjer hermed Dykk alle einGod Jul og Godt Nyttår
OccitanPolit nadal e bona annada
PolonaisWesolych Swiat i Szczesliwego Nowego Roku
PortugaisBoas Festas e um feliz Ano Novo
RoumainCraciun fericit si un An Nou fericit
RussePozdrevlyayu s prazdnikom Rozhdestva i s Novim Godom
SerbeSretam Bozic. Vesela Nova Godina
SlovaqueVesele Vianoce a stastny novy rok
SlovèneVesele bozicne praznike in srecno novo leto
SuédoisGod Jul och Gott Nytt År
SwahiliºKrismas Njema Na Heri Za Mwaka Mpyaº
TahitienIa ora i te Noera & Ia orana i te matahiti ‘ap
TchèquePrejeme Vam Vesele Vanoce a stastny Novy Rok
ThaïlandaisSuksan Wan Christmas lae Sawadee Pee Mai
TurcNoeliniz Ve Yeni Yiliniz Kutlu Olsun
UkrainienVeseloho Vam Rizdva i Shchastlyvoho Novoho Roku
VietnamienChuc Mung Giang Sinh – Chuc Mung Tan Nien
YiddishGute Vaynakhtn un a Gut Nay Yor
YorubaE ku odun, e hu iye’ dun
ZoulouSinifesela Ukhisimusi Omuhle Nonyaka Omusha Onempumelelo

Avons-nous oublié la langue maternelle de l’un de vos proches, amis ou collègues de travail ? Laissez-nous un message dans les commentaires de cette publication.

Des problèmes de traduction dans la version espagnole de The Squid Game

Le dernier succès de la plateforme audiovisuelle Netflix fait fureur dans le monde entier et est devenu une véritable mine d’or pour l’entreprise américaine. En fait, le succès est tel que le créateur pense déjà à une deuxième saison.

De la colère parmi les traducteurs espagnols à cause de la post-édition de The Squid Game sur Netflix.

Néanmoins, ce succès contraste avec la colère d’un secteur professionnel essentiel pour l’internationalisation des contenus : la traduction des sous-titres.

ATRAE dénonce l’utilisation d’un logiciel défectueux

À la mi-octobre, l’ATRAE (Association de Traduction et d’Adaptation Audiovisuelles en Espagne) a publié un communiqué officiel reprochant à Netflix d’avoir utilisé un logiciel de qualité douteuse au lieu d’engager des professionnels espagnols pour traduire la version castillane.

Selon le journal ABC, « la post-édition est une (mauvaise) pratique consistant à introduire le texte original dans un logiciel de traduction automatique. Ensuite, la traduction de ce logiciel est envoyée à un traducteur humain qui révise et essaie de le rendre le plus lisible possible, étant donné que le texte produit par l’algorithme est d’une qualité plus que douteuse. Bien sûr, le traducteur humain reçoit une rémunération dérisoire, ce qui l’oblige à travailler d’arrache-pied afin de boucler les fins de mois » (source en espagnol).

Voici le communiqué officiel (ici en espagnol) traduit en français :

L’ATRAE prend position contre la post-édition et exhorte les grandes plateformes audiovisuelles à bannir ces pratiques et à cesser de nuire à un secteur déjà trop précaire.

C’est avec un certain étonnement et une certaine stupéfaction que nous avons reçu la nouvelle que The Squid Game, la série qui figure en tête des plus regardées sur Netflix depuis des semaines et sur laquelle des centaines d’articles ont été écrits faisant allusion à sa qualité, a été sous-titrée avec une traduction automatique post-éditée.

En tant que traducteurs, nous ne comprenons pas comment non seulement ce travail, mais n’importe quel travail, peut être laissé entre les mains d’un algorithme de traduction qui produit des résultats médiocres qui doivent ensuite être corrigés par un professionnel pour un prix dérisoire.

De toute évidence, il s’agit d’un nouveau clou dans le cercueil de la précarité du secteur, qui non seulement doit subir des intermédiaires qui prennent des commissions pantagruéliques de ce que les distributeurs paient, mais qui délègue désormais l’essentiel du travail à une machine, puis transmet le résultat (déficient) à un humain pour qu’il fasse ce que le logiciel n’a pas pu faire, pour un prix nettement inférieur, bien sûr.

Cette nouvelle intervient au moment même où l’on constate que Netflix augmente les tarifs de ses abonnés, ce qui rend encore plus intolérable le fait que de telles économies soient réalisées dans la traduction des œuvres, ce qui se traduit par un contenu moins bon pour les clients, tout en maximisant les profits au détriment de la qualité du contenu.

L’ATRAE exhorte les plateformes à s’adresser à leurs fournisseurs pour qu’ils cessent d’utiliser la traduction automatique post-éditée et qu’ils fassent confiance au talent humain des traducteurs, qui est vaste, abondant et constitue le seul moyen pour les productions Netflix (ou celles de tout distributeur) d’atteindre les téléspectateurs avec la qualité qu’ils méritent. Agir autrement ne peut qu’aboutir à des résultats médiocres, qui se traduiront inévitablement par une perte de réputation, de clients et d’argent pour les distributeurs, un service médiocre pour les utilisateurs et une précarisation accrue du secteur. Le pain (dur et sec) pour aujourd’hui, la faim pour demain.

Les clients sont encouragés à faire connaître leur mécontentement concernant la qualité de la traduction du contenu pour lequel ils paient religieusement tous les mois, ainsi qu’à publier sur les réseaux et marquer l’option « Signaler un problème » qui se trouve dans l’onglet « Activité de visionnage » de leur profil Netflix.

FV Traductions soutient ce communiqué et considère que le talent humain ne doit pas être remplacé par des logiciels de traduction automatique dans le seul but de réduire les coûts. Le respect des traducteurs professionnels (et tout d’autre métier) doit être la base de tout projet de traduction, quelles que soient les langues et les cultures concernées. On souhaite que cela soit corrigé pour la prochaine saison de The Squid Game et pour les séries et films à venir sur Netflix.

L’espace de travail d’un auto-entrepreneur

L’arrivée des nouvelles technologies a provoqué une nouvelle révolution industrielle. Un ordinateur connecté à internet permet de développer de nombreux métiers depuis n’importe quel coin du monde.

Travailler au bureau ou à la maison ?

Pour les métiers de la traduction et de la rédaction, ces technologies permettent de choisir l’endroit où on veut travailler. En gros, les auto-entrepreneurs ont deux possibilités : travailler à la maison ou louer un bureau.

Choisir un bureau (ou un espace Coworking) est toujours une bonne option si auparavant on était salarié. De cette façon, on ne change pas la dynamique de notre vie professionnelle et, d’ailleurs, cela permet de rencontrer d’autres professionnels et d’accueillir des clients dans un environnement adéquat.

Autrement, la plupart des auto-entrepreneurs décident de rester à la maison, ce qui permet d’économiser (pas de loyer extra pour le bureau), mais cette vie professionnelle devient un peu plus solitaire.

L'auto-entrepreneur et son lieu de travail

Conseils pour travailler à la maison

Tout le monde n’adopte pas forcément les bons gestes pour développer son activité professionnelle à la maison. C’est pourquoi on vous donne quelques conseils que FVTraductions applique dans son quotidien.

Réveillez-vous toujours à la même heure

La routine permet de se concentrer et d’organiser la journée. En plus, cela laisse place à vos clients pour vous contacter facilement, car ils sauront à partir de quelle heure vous appeler pour vous proposer des nouvelles missions. Le fait de se réveiller tous les jours à la même heure permet de ne pas laisser passer une bonne opportunité.

Établissez un emploi du temps

En fonction de votre charge de travail, faîtes un planning pour repartir les missions à accomplir. C’est évident, mais il fallait le spécifier.

Habillez-vous comme si vous alliez au bureau

C’est important d’enlever le pyjama et de s’habiller comme si vous alliez sortir. Cela vous permettra de passer en mode actif. Et ne trichez pas : il ne suffit pas de porter une chemise et de garder le pantalon de pyjama.

Créez un environnement de travail

Quatre aspects fondamentaux :

  1. Ordre : évitez d’accumuler les feuilles et les post-its partout.
  2. Éclairage : privilégiez la lumière du jour en vous installant proche d’une fenêtre.
  3. Matériel : prévoyez tout le matériel nécessaire pour votre journée.
  4. Professionnel : essayez de bien différencier les espaces de vie professionnelle et personnelle.

Faîtes souvent des petites pauses

Maintenir le niveau de concentration pendant 8 heures de suite n’est pas viable. Afin d’assurer la productivité de votre activité et votre performance, établissez des petites missions (1h 30 environ) suivies d’un temps de pause pour boire un café, manger, envoyer quelques messages ou faire un bref appel téléphonique.

Soyez responsable et professionnel

Respectez les délais et ne perdez pas votre temps professionnel à cause du loisir. Si vous répondez correctement aux attentes de vos clients, vous arriverez à les fidéliser.

N’oubliez pas de rester en contact avec vos clients afin de les tenir au courant de l’évolution de leurs projets.

Formez-vous régulièrement

Même si vous avez beaucoup de travail et de clients, c’est toujours important de rester à jour. Les métiers de la traduction et de la rédaction évoluent et, par conséquent, les professionnels doivent s’adapter et s’améliorer constamment.

Pourquoi faire attention au contenu dans l’e-commerce ?

Contenu dans l'e-commerce

On dit souvent qu’une image vaut mieux que 1 000 mots. Pourtant, ce n’est pas tout à fait exact pour le e-commerce, car les textes sont également importants. Voici huit raisons pour lesquelles vous devriez faire attention au contenu de votre site de ventes en ligne :

  1. Le contenu est nécessaire pour faire connaître les nouveaux produits de votre catalogue, que ce soit par le biais d’un bon article, d’un guide d’achat ou d’une courte vidéo commerciale.
  2. Les consommateurs veulent faire des achats intelligents. Pour cela, ils ont besoin d’informations précises sur le produit/service qu’ils envisagent d’acheter. Il faudra donc répondre à ce désir de vos clients.
  3. Le contenu est destiné à créer une certaine confiance chez les consommateurs et permet de montrer l’ingéniosité et la créativité de l’équipe de travail : les rédacteurs, les concepteurs, les photographes…
  4. Un contenu original et pertinent entraîne et génère des interactions sur les réseaux sociaux, qui deviennent un canal idéal pour promouvoir et diffuser des produits et services.
  5. L’appel à l’action, ainsi que les commentaires, suggestions et évaluations des clients, sont essentiels pour renforcer la présence de la marque sur le web et sa notoriété. Ce contenu sert à obtenir une publicité originale et gratuite.
  6. Le contenu est un facteur important pour l’optimisation d’un site web et son SEO. L’utilisation de mots-clés dans les textes, les photos, les vidéos et les infographies favorisent le positionnement de l’entreprise dans les moteurs de recherche.
  7. Il est également essentiel de créer une image de marque autour de votre entreprise et de la développer, c’est-à-dire de générer une atmosphère qui lui est propre, un style et des symboles qui permettront aux internautes de la reconnaître et de savoir que c’est une entreprise professionnelle et fiable. Pour cela, une ligne éditoriale précise et bien définie devient un incontournable du e-commerce.
  8. Le contenu pour l’e-commerce est souvent un levier qui permet de renforcer ou de créer des relations avec les consommateurs, que ce soit via l’envoi d’une newsletter ou à travers des publications quotidiennes sur les réseaux sociaux, entre autres. Cela permet en outre à l’entreprise de rester dans la tendance et d’être vue sur la toile. Cela aura pour effet de générer davantage de trafic vers son site, ce qui lui permettra par ailleurs de maximiser ses ventes.

Êtes-vous prêts à booster vos ventes ? Contactez FV Traductions afin d’obtenir un devis gratuit, personnalisé et sans engagement.

Les traducteurs et les personnes bilingues

Malheureusement, dans le domaine de la traduction (et aussi de l’interprétation), on remarque depuis quelques années une sorte d’intrusion professionnelle qui touche tous les traducteurs professionnels en général.

Traducteur ≠ Personne bilingue

Lors de la phase de prospection de nouveaux clients, tous les traducteurs ont déjà reçu une réponse (ou plusieurs) plus ou moins similaire : « Ma sœur est totalement bilingue », « J’ai étudié à l’étranger, je suis bilingue » ou « Nous avons des salariés bilingues qui peuvent traduire nos documents ». Il semble exister une « légende urbaine » qui affirme que toute personne bilingue peut être un traducteur, mais rien n’est moins vrai : le bilinguisme n’est qu’une partie des métiers de la traduction.

Alors que la traduction est une profession qui nécessite plusieurs années d’études et de pratique, ce qui implique une maîtrise (notamment grammaticale et culturelle) de deux langues, le bilinguisme est une caractéristique personnelle acquise (généralement dès le plus jeune âge) qui donne à une personne la capacité de s’en sortir confortablement dans toute situation sociale dans deux langues différentes.

C’est vrai que la plupart des traducteurs sont bilingues, mais cela ne marche pas à l’inverse, car toutes les personnes bilingues ne sont pas de traducteurs. Par exemple, une personne bilingue ne possèdera généralement pas les connaissances grammaticales nécessaires pour pouvoir traduire un texte sans aucune erreur.

Les traducteurs et les personnes bilingues

Les qualités d’un vrai traducteur

En plus de parler couramment une autre langue, le traducteur doit présenter d’autres qualités tout aussi importantes :

Culture générale et curiosité

Pour être un bon traducteur professionnel, il faut lire et apprendre constamment. Il sera appelé à traduire sur différents sujets, donc il passera des heures et des heures à lire des journaux, des magazines et d’autres documents afin d’étancher sa soif d’apprendre.

Aisance rédactionnelle

Sans jamais trahir le texte source, le traducteur doit écrire de façon fluide et accessible. Éviter les lourdeurs, les fautes d’orthographe ou de syntaxe est fondamental dans ce métier. Parfois, le traducteur devra devenir rédacteur ou encore un véritable écrivain.

Polyvalence professionnelle

Bien sûr, l’activité principale d’un traducteur est la traduction. Néanmoins, chaque traduction comprend plusieurs étapes : détermination du contexte et du public cible, vérification des sources, traduction, relecture, mise en page, livraison… Il s’agit d’un professionnel polyvalent.

Expertise et expérience

Oui, l’expérience est importante pour tous les métiers, mais pas fondamentale. Pourtant, afin de trouver les bons termes et de rendre une traduction de première qualité, les traducteurs ont tendance à se spécialiser dans quelques domaines spécifiques (littérature, marketing, sports, animaux, musique…).

Flexibilité et adaptation

Un traducteur professionnel doit comprendre la finalité du texte et s’adapter afin d’identifier les subtilités et maintenir la technicité du contenu. Le but n’est pas d’exprimer l’idée et les intentions du traducteur, mais bien celles du client.


Vous recherchez un traducteur professionnel pour votre projet ? Demandez un devis gratuit et personnalisé.

Les différences entre traduction et localisation

Depuis la création de FVTraductions, j’ai découvert que de nombreux clients ne connaissaient pas le terme « localisation », c’est pourquoi je souhaite vous en parler aujourd’hui.

Bien qu’il s’agisse du même métier, la localisation et la traduction sont deux concepts différents. Bien qu’ils semblent similaires, l’un est plus complet que l’autre.

Les organisations internationales et de nombreuses entreprises ont souvent besoin d’un service plus complet qu’une simple traduction. L’internationalisation du commerce exige l’intégration d’une dimension culturelle également. Ce service est connu sous le nom de localisation et diffère de la traduction à plusieurs égards.

Traduction et/ou localisation en espagnol

Les définitions de traduction et de localisation

La traduction consiste à transférer un texte d’une langue à une autre, mais la localisation va au-delà : elle comporte une dimension culturelle.

La localisation est le processus d’adaptation d’un produit ou d’un service à une région spécifique. En effet, un contenu n’est pas aussi pertinent pour un Espagnol que pour un Guatémaltèque.

Un pont entre les cultures

La localisation apporte une nouvelle perspective à la traduction. C’est un processus qui donne la priorité à la culture de chaque pays. Avec cette approche, la relation avec les mots devient subtile : le traducteur habitué aux coutumes et aux traditions d’une langue est capable d’en percevoir les nuances. La traduction finale sera donc de meilleure qualité. Par conséquent, le mécanisme de localisation présuppose une compréhension approfondie des dispositifs qui régissent la culture source et la culture cible. En ce sens, la localisation est une version améliorée de la traduction car elle est plus complète.

Un important outil de marketing

La localisation peut également fournir des conseils. Le traducteur professionnel qui propose une localisation de qualité est un véritable acteur de l’internationalisation de l’entreprise. Il est responsable d’une mission culturelle, est un expert du marché cible et est en mesure de guider les clients dans leurs stratégies de développement.

Alors que la traduction se fait strictement sur papier, la localisation implique l’adaptation des graphiques, des slogans, des formats, des couleurs, etc. Elle nécessite de repenser complètement la structure du contenu.

En résumé, la localisation offre une perspective commerciale, c’est l’outil qui permet de fusionner le produit et le marché local. De l’autre côté, la traduction reste la base du processus de localisation, c’est une étape essentielle, la pierre angulaire de l’internationalisation d’une entreprise.


Voulez-vous internationaliser votre entreprise ? Demandez votre devis gratuit, personnalisé et sans engagement.

Les ouvrages les plus traduits de l’Histoire

La littérature est un domaine très vaste, mais pour atteindre le maximum de lecteurs possible et franchir toutes les frontières, les œuvres doivent être traduites.

Traduction littéraire

Grâce à la traduction, de nombreux livres à succès sont devenus des classiques universels, indépendamment de la culture ou de la langue. Mais quelles sont les œuvres les plus traduites de l’Histoire ? Voici les 10 livres les plus traduits et les plus célèbres :

La Bible

C’est le livre le plus traduit et le plus vendu de toute l’Histoire par excellence. Il est disponible en plus de 2.800 langues. Ce livre sacré n’a pas une seule langue originale, mais il rassemble plutôt un mélange de différentes langues comme l’araméen et d’autres langues mortes.

Le Petit Prince

C’est l’un des plus beaux livres de la littérature mondiale. Écrit par Antoine Saint-Exupéry en 1943, Le Petit Prince n’est pas considéré comme un livre particulièrement enfantin, malgré le fait que son personnage principal soit un enfant. Il a d’abord été rédigé en français, mais il est actuellement disponible en plus de 250 langues.

Pinocchio

Calo Collodi est l’auteur de l’histoire de la célèbre poupée de bois dont le nez grandit lorsqu’il raconte des mensonges et qui finit par réaliser son rêve : devenir un vrai garçon. Il a été écrit à l’origine en italien et a été traduit en presque 250 langues.

Les Aventures d’Alice au Pays des Merveilles

Sous le pseudonyme de Lewis Carroll, le mathématicien anglais Charles Lutwidge a écrit ce magnifique ouvrage pour les enfants, mais ce livre contient une véritable morale philosophique qui est aussi fortement recommandée pour les adultes. Il est disponible en plus de 170 langues.

Les Aventures de Tintin

Ce livre raconte les drôles aventures du jeune journaliste Tintin et de son fidèle chien Milou. Son créateur est l’écrivain belge Georges Remi et leurs aventures sont disponibles en 112 langues.

Vingt Mille Lieues sous les Mers

Parmi ses nombreuses histoires fantastiques, Jules Verne est connu pour ce célèbre ouvrage enfantin dans lequel le biologiste Pierre Aronnax est emprisonné par le capitaine Nemo. Ils vivront alors des expériences et des aventures à bord du sous-marin Nautilus à travers les océans. Elle compte le même nombre de traductions que Tintin.

Harry Potter

Impossible de ne pas citer cette œuvre, car il s’agit de la saga la plus connue au monde, lue par les enfants et les adultes. Les aventures du magicien le plus célèbre du monde, écrites par JK Rowling, sont disponibles en 77 langues.

Le Journal d’Anne Frank

Cet ouvrage passionnant raconte les confessions de la petite Anne dans son journal personnel pendant la Seconde Guerre mondiale. Elle raconte l’épreuve que sa famille a dû traverser tout au long de cette époque terrible à laquelle les Juifs étaient persécutés. Il est disponible en 67 langues.

Don Quichotte

Les aventures de l’Ingénieux Hidalgo Don Quichotte de la Manche et son ami Sancho Panza ont traversé toutes les frontières de notre planète. Écrit par l’écrivain espagnol Miguel de Cervantes Saavedra, ce succès littéraire est disponible en 56 langues.


Vous êtes écrivain ou une maison d’édition et vous voulez traduire votre œuvre en espagnol ? Contactez FVTraductions afin d’obtenir un devis gratuit et personnalisé pour votre projet.

Le Petit Prince et la traduction

Comme tout le monde le sait, Le Petit Prince est le livre français le plus traduit de l’histoire. Ce fait ne peut pas passer inaperçu pour les experts en traduction. En effet, celui-ci a été le sujet du mémoire de licence de Fernando Vázquez, qui est le traducteur et le rédacteur qui se cache derrière FV Traductions.

Publié en 1943, Le Petit Prince est l’œuvre la plus célèbre d’Antoine de Saint-Exupéry. Le livre raconte l’histoire d’un pilote, perdu dans le Sahara, qui rencontre un prince d’une autre planète. Ce prince lui apprend une nouvelle façon d’interpréter les différents aspects de la vie quotidienne.

Le Petit Prince et la traduction

Malgré le fait que beaucoup de personnes le considèrent comme un livre pour les enfants, il propose un contenu philosophique très profond sur la valeur que les adultes accordent aux choses. C’est un sujet universel qui a fait de cet ouvrage l’un des livres les plus lus de l’histoire, notamment grâce aux nombreuses traductions effectuées.

Les particularités de la première édition

Il est intéressant de noter que la première édition du Petit Prince a été publiée en 1943, à partir du manuscrit original en français d’Antoine de Saint-Exupéry, seulement une semaine après.

La maison d’édition Reinal & Hitchcock a été chargé de diffuser cette version qui, selon l’avis des experts, contient plusieurs erreurs essentielles, malgré l’admiration suscitée chez de nombreux lecteurs.

À partir de ce moment, les deux éditions (en français et en anglais) sont devenues la base des interprétations futures et de toutes les agences de traduction.

Les traductions du Petit Prince

L’ampleur de ce travail dans toutes les sociétés est sans précédentes. L’œuvre de Saint-Exupéry a été traduite dans plus de 250 langues, ce qui la rapproche considérablement du statut du livre le plus populaire de la planète : la Bible.

De nombreux dialectes indigènes ont leur propre version de cette livre, qui a même une édition adaptée pour les lecteurs aveugles. D’ailleurs, il s’agit aussi de l’un des rares livres contemporains qui ont également été traduits en latin.

Actuellement, presque toutes les agences de traduction ont travaillé sur Le Petit Prince. En plus, on peut trouver environ 350 éditions différentes en coréen et 50 adaptations en chinois.

La traduction en espagnol

L’écrivain argentin Bonifacio del Carril a été chargé de traduire cette œuvre en espagnol pour la toute première fois. La première traduction a eu lieu en 1951 et elle a été publié par la maison d’édition argentine Emecé Editores.

La première publication en Espagne n’est arrivé qu’en 1965. Néanmoins, la traduction la plus célèbre est celle du poète José Hierro en 1967.


Vous êtes écrivain ou une maison d’édition et vous voulez traduire votre œuvre en espagnol ? Contactez FVTraductions afin d’obtenir un devis gratuit et personnalisé pour votre projet.

Le football en anglais, français et espagnol

Le football est sans aucun doute le sport le plus populaire au monde, et ce depuis bien des décennies déjà. On compte aujourd’hui plus de 200 pays parmi les membres de la FIFA (Fédération Internationale de Football Association).

FIFA World Cup

D’un point de vue linguistique, le football est important car ce sport a la capacité de mettre en relation des personnes qui parlent des langues différentes.

Afin de faciliter votre compréhension du monde footballistique, FV Traductions vous propose de découvrir ce glossaire en trois langues : l’anglais (langue originale du football), le français et l’espagnol.

AnglaisFrançaisEspagnol
football (UK)
soccer (US)
football/footfútbol
refereearbitreárbitro
linesmanarbitre de touchelinier/juez de línea
ballballonbalón
benchbancbanquillo
locker roomvestiairevestuario
headercoup de têtecabezazo
foulfautefalta
offsidehors-jeufuera de juego
throw-intouchesaque de banda
corner kickcornercórner/saque de esquina
free kickcoup francsaque de falta/tiro libre
goal kickcoup de pied de but/six mètressaque de puerta/de portería
kick-offcoup d’envoisaque inicial
penaltypénaltypenalti
matchmatchpartido
goalcageportería
goalbutgol
to score a goalmarquer un butmarcar un gol
shinguardprotège-tibiasespinilleras
captaincapitainecapitán
goalkeepergardien de butportero
defenderdéfenseurdefensa/defensor
midfieldmilieu de terraincentrocampista
forwardattaquantdelantero
strikerbuteurgoleador
playerjoueurjugador
football playerfootballeurfutbolista
scorescoreresultado
scoreboardtableau d’affichagemarcador
half timemi-tempsdescanso
extra-timeprolongationprórroga
manager (UK)
coach (US)
entraîneur/coachentrenador
clubclubclub
teaméquipeequipo
substituteremplaçantsuplente
stadiumstadeestadio
red cardcarton rougetarjeta roja
yellow cardcarton jaunetarjeta amarilla
cross barbarre transversalelarguero
goalpostpoteauposte

Vous souhaiteriez vous aussi contribuer à ce glossaire ? Vous êtes les bienvenus pour nous aider à l’améliorer ! Pour cela, n’hésitez pas à nous laisser vos messages en commentaire pour échanger autour de ce sujet.

Vous avez un projet de traduction sportive ? Demandez votre devis gratuit, personnalisé et sans engagement ici.

Les théories principales de la traduction contemporaine

Dans l’histoire de la traduction, beaucoup d’experts ont publié leurs théories : certaines ont déjà été refusées tandis qu’autres sont toujours applicables aujourd’hui.

Néanmoins, on trouve actuellement six théories qui résument globalement la traduction contemporaine.

Sociolinguistique

Cette approche affirme que le contexte social établit ce qui est traduisible et ce qui ne l’est pas, ce qui est ou n’est pas acceptable. Selon cette perspective, le traducteur est inévitablement le produit d’une société : nous traduisons toujours à partir de nos propres connaissances socioculturelles.

Linguistique

Nombreux linguistes tels que Austin, Mounin, Vinay ou Derbelnet ont travaillé sur le processus de la traduction et ils considèrent qu’il faut partir des unités fondamentales : le mot, le syntagme et la phrase.

Herméneutique

Cette théorie est principalement basée sur les travaux de George Steiner, qui considère toute communication humaine comme une traduction et, en conséquence, cette discipline n’est pas une science, mais un « art exact ». Un vrai traducteur doit devenir écrivain afin de rédiger les idées exprimées par l’auteur du texte source.

Littéraire

Les experts en littérature affirment que la traduction ne doit pas être considérée comme une opération linguistique, mais plutôt comme une opération littéraire. Pourquoi ? On pense qu’il y a une « énergie » dans le langage et elle se manifeste à travers les mots, qui sont l’ensemble des expériences d’une culture. C’est ce que le professionnel doit traduire.

Communicative

Il s’agit de ce qu’on appelle la perspective interprétative. Des chercheurs tels que D. Seleskovitch et M. Lederer ont institué ce qu’on appelle la « théorie du sens », basée principalement sur les expériences d’interprétation en conférence. Cette approche constate que ce n’est pas la langue qui doit être traduite, mais le sens, car la langue n’est pas qu’un véhicule du message et peut même compliquer la compréhension du texte cible. C’est pourquoi il est toujours plus pratique de déverbaliser lors de la traduction.

Sémiotique

La sémiotique est la science qui traite des signes et des systèmes de signification. Selon cette discipline, pour qu’il y ait un sens, il faut la collaboration de trois instances : un signe, un objet et un interprète. Ainsi, la traduction devrait être considérée comme l’interprétation des textes dont le contenu encyclopédique est différent et le contexte socioculturel unique.