Septembre : de la motivation pour les auto-entrepreneurs

Enfin, septembre est arrivé. Et on sait que ce mois, c’est la vie pour les auto-entrepreneurs, car, même si parfois cela ne semble pas être comme ça, on aime son métier et le retour de la routine est réconfortant. Revenir à ce qu’on aime est toujours positif et septembre est l’un des mois les plus excitants pour les indépendants. Pourquoi ?

We love September

Il est temps de revenir. Si vous êtes parti en vacances cet été, que ce soit pour quelques jours, une semaine ou même un mois (oh là là, la chance !!), septembre est souvent le mois de la rentrée.

Pour les parents, grâce à la rentrée scolaire des enfants et à leur routine, septembre est un mois idéal, car ils peuvent aussi organiser leur emploi du temps et se concentrer sur leurs tâches professionnelles. D’autre part, si vous n’avez pas d’enfants, vous aimerez aussi ce mois, car la routine est saine (même si on dit souvent le contraire), notamment pour les auto-entrepreneurs.

Septembre et les auto-entrepreneurs

De cette façon, le mois de septembre est, bien que cela puisse sembler contraire, un mois de tranquillité. Le corps et l’esprit aiment les horaires, la planification et le fait de savoir ce qu’on va faire le lendemain et à quelle heure. Cela donne un sentiment de sécurité et, par conséquence, apporte la tranquillité d’esprit et réduit le stress.

De plus, lorsque tout est sous contrôle, on peut se concentrer davantage sur les tâches quotidiennes et sur le travail. Vu que les auto-entrepreneurs adorent leur métier, travailler est une grande satisfaction, notamment après avoir souffert une crise économique comme celle de la pandémie.

Le mois des objectifs et des projets

La charge de travail pour un travailleur freelance pendant l’été diminue considérablement, cela est évident. La plupart des salariés qui proposent des projets aux auto-entrepreneurs sont en vacances et, par conséquence, les missions sont décalées pour la rentrée.

Nombreuses entreprises profitent de la rentrée pour planifier, concevoir et fixer des nouveaux objectifs. Cela se traduit souvent en nouveaux projets pour les indépendants. C’est pourquoi la prospection devient un aspect fondamental et nécessaire pour le mois de septembre (mais pas exclusivement).


Votre entreprise a fixé des nouveaux objectifs et vous recherchez un professionnel pour les atteindre ? N’hésitez pas à contacter FV Traductions et demander votre devis gratuit et sans engagement.

L’espace de travail d’un auto-entrepreneur

L’arrivée des nouvelles technologies a provoqué une nouvelle révolution industrielle. Un ordinateur connecté à internet permet de développer de nombreux métiers depuis n’importe quel coin du monde.

Travailler au bureau ou à la maison ?

Pour les métiers de la traduction et de la rédaction, ces technologies permettent de choisir l’endroit où on veut travailler. En gros, les auto-entrepreneurs ont deux possibilités : travailler à la maison ou louer un bureau.

Choisir un bureau (ou un espace Coworking) est toujours une bonne option si auparavant on était salarié. De cette façon, on ne change pas la dynamique de notre vie professionnelle et, d’ailleurs, cela permet de rencontrer d’autres professionnels et d’accueillir des clients dans un environnement adéquat.

Autrement, la plupart des auto-entrepreneurs décident de rester à la maison, ce qui permet d’économiser (pas de loyer extra pour le bureau), mais cette vie professionnelle devient un peu plus solitaire.

L'auto-entrepreneur et son lieu de travail

Conseils pour travailler à la maison

Tout le monde n’adopte pas forcément les bons gestes pour développer son activité professionnelle à la maison. C’est pourquoi on vous donne quelques conseils que FVTraductions applique dans son quotidien.

Réveillez-vous toujours à la même heure

La routine permet de se concentrer et d’organiser la journée. En plus, cela laisse place à vos clients pour vous contacter facilement, car ils sauront à partir de quelle heure vous appeler pour vous proposer des nouvelles missions. Le fait de se réveiller tous les jours à la même heure permet de ne pas laisser passer une bonne opportunité.

Établissez un emploi du temps

En fonction de votre charge de travail, faîtes un planning pour repartir les missions à accomplir. C’est évident, mais il fallait le spécifier.

Habillez-vous comme si vous alliez au bureau

C’est important d’enlever le pyjama et de s’habiller comme si vous alliez sortir. Cela vous permettra de passer en mode actif. Et ne trichez pas : il ne suffit pas de porter une chemise et de garder le pantalon de pyjama.

Créez un environnement de travail

Quatre aspects fondamentaux :

  1. Ordre : évitez d’accumuler les feuilles et les post-its partout.
  2. Éclairage : privilégiez la lumière du jour en vous installant proche d’une fenêtre.
  3. Matériel : prévoyez tout le matériel nécessaire pour votre journée.
  4. Professionnel : essayez de bien différencier les espaces de vie professionnelle et personnelle.

Faîtes souvent des petites pauses

Maintenir le niveau de concentration pendant 8 heures de suite n’est pas viable. Afin d’assurer la productivité de votre activité et votre performance, établissez des petites missions (1h 30 environ) suivies d’un temps de pause pour boire un café, manger, envoyer quelques messages ou faire un bref appel téléphonique.

Soyez responsable et professionnel

Respectez les délais et ne perdez pas votre temps professionnel à cause du loisir. Si vous répondez correctement aux attentes de vos clients, vous arriverez à les fidéliser.

N’oubliez pas de rester en contact avec vos clients afin de les tenir au courant de l’évolution de leurs projets.

Formez-vous régulièrement

Même si vous avez beaucoup de travail et de clients, c’est toujours important de rester à jour. Les métiers de la traduction et de la rédaction évoluent et, par conséquent, les professionnels doivent s’adapter et s’améliorer constamment.

Les traducteurs et les personnes bilingues

Malheureusement, dans le domaine de la traduction (et aussi de l’interprétation), on remarque depuis quelques années une sorte d’intrusion professionnelle qui touche tous les traducteurs professionnels en général.

Traducteur ≠ Personne bilingue

Lors de la phase de prospection de nouveaux clients, tous les traducteurs ont déjà reçu une réponse (ou plusieurs) plus ou moins similaire : « Ma sœur est totalement bilingue », « J’ai étudié à l’étranger, je suis bilingue » ou « Nous avons des salariés bilingues qui peuvent traduire nos documents ». Il semble exister une « légende urbaine » qui affirme que toute personne bilingue peut être un traducteur, mais rien n’est moins vrai : le bilinguisme n’est qu’une partie des métiers de la traduction.

Alors que la traduction est une profession qui nécessite plusieurs années d’études et de pratique, ce qui implique une maîtrise (notamment grammaticale et culturelle) de deux langues, le bilinguisme est une caractéristique personnelle acquise (généralement dès le plus jeune âge) qui donne à une personne la capacité de s’en sortir confortablement dans toute situation sociale dans deux langues différentes.

C’est vrai que la plupart des traducteurs sont bilingues, mais cela ne marche pas à l’inverse, car toutes les personnes bilingues ne sont pas de traducteurs. Par exemple, une personne bilingue ne possèdera généralement pas les connaissances grammaticales nécessaires pour pouvoir traduire un texte sans aucune erreur.

Les traducteurs et les personnes bilingues

Les qualités d’un vrai traducteur

En plus de parler couramment une autre langue, le traducteur doit présenter d’autres qualités tout aussi importantes :

Culture générale et curiosité

Pour être un bon traducteur professionnel, il faut lire et apprendre constamment. Il sera appelé à traduire sur différents sujets, donc il passera des heures et des heures à lire des journaux, des magazines et d’autres documents afin d’étancher sa soif d’apprendre.

Aisance rédactionnelle

Sans jamais trahir le texte source, le traducteur doit écrire de façon fluide et accessible. Éviter les lourdeurs, les fautes d’orthographe ou de syntaxe est fondamental dans ce métier. Parfois, le traducteur devra devenir rédacteur ou encore un véritable écrivain.

Polyvalence professionnelle

Bien sûr, l’activité principale d’un traducteur est la traduction. Néanmoins, chaque traduction comprend plusieurs étapes : détermination du contexte et du public cible, vérification des sources, traduction, relecture, mise en page, livraison… Il s’agit d’un professionnel polyvalent.

Expertise et expérience

Oui, l’expérience est importante pour tous les métiers, mais pas fondamentale. Pourtant, afin de trouver les bons termes et de rendre une traduction de première qualité, les traducteurs ont tendance à se spécialiser dans quelques domaines spécifiques (littérature, marketing, sports, animaux, musique…).

Flexibilité et adaptation

Un traducteur professionnel doit comprendre la finalité du texte et s’adapter afin d’identifier les subtilités et maintenir la technicité du contenu. Le but n’est pas d’exprimer l’idée et les intentions du traducteur, mais bien celles du client.


Vous recherchez un traducteur professionnel pour votre projet ? Demandez un devis gratuit et personnalisé.

Le Petit Prince et la traduction

Comme tout le monde le sait, Le Petit Prince est le livre français le plus traduit de l’histoire. Ce fait ne peut pas passer inaperçu pour les experts en traduction. En effet, celui-ci a été le sujet du mémoire de licence de Fernando Vázquez, qui est le traducteur et le rédacteur qui se cache derrière FV Traductions.

Publié en 1943, Le Petit Prince est l’œuvre la plus célèbre d’Antoine de Saint-Exupéry. Le livre raconte l’histoire d’un pilote, perdu dans le Sahara, qui rencontre un prince d’une autre planète. Ce prince lui apprend une nouvelle façon d’interpréter les différents aspects de la vie quotidienne.

Le Petit Prince et la traduction

Malgré le fait que beaucoup de personnes le considèrent comme un livre pour les enfants, il propose un contenu philosophique très profond sur la valeur que les adultes accordent aux choses. C’est un sujet universel qui a fait de cet ouvrage l’un des livres les plus lus de l’histoire, notamment grâce aux nombreuses traductions effectuées.

Les particularités de la première édition

Il est intéressant de noter que la première édition du Petit Prince a été publiée en 1943, à partir du manuscrit original en français d’Antoine de Saint-Exupéry, seulement une semaine après.

La maison d’édition Reinal & Hitchcock a été chargé de diffuser cette version qui, selon l’avis des experts, contient plusieurs erreurs essentielles, malgré l’admiration suscitée chez de nombreux lecteurs.

À partir de ce moment, les deux éditions (en français et en anglais) sont devenues la base des interprétations futures et de toutes les agences de traduction.

Les traductions du Petit Prince

L’ampleur de ce travail dans toutes les sociétés est sans précédentes. L’œuvre de Saint-Exupéry a été traduite dans plus de 250 langues, ce qui la rapproche considérablement du statut du livre le plus populaire de la planète : la Bible.

De nombreux dialectes indigènes ont leur propre version de cette livre, qui a même une édition adaptée pour les lecteurs aveugles. D’ailleurs, il s’agit aussi de l’un des rares livres contemporains qui ont également été traduits en latin.

Actuellement, presque toutes les agences de traduction ont travaillé sur Le Petit Prince. En plus, on peut trouver environ 350 éditions différentes en coréen et 50 adaptations en chinois.

La traduction en espagnol

L’écrivain argentin Bonifacio del Carril a été chargé de traduire cette œuvre en espagnol pour la toute première fois. La première traduction a eu lieu en 1951 et elle a été publié par la maison d’édition argentine Emecé Editores.

La première publication en Espagne n’est arrivé qu’en 1965. Néanmoins, la traduction la plus célèbre est celle du poète José Hierro en 1967.


Vous êtes écrivain ou une maison d’édition et vous voulez traduire votre œuvre en espagnol ? Contactez FVTraductions afin d’obtenir un devis gratuit et personnalisé pour votre projet.

Astérix : Les vérités historiques

Astérix et Obélix font partie des héros de bandes dessinées les plus appréciés dans le monde entier. L’humour présent dans ces bandes dessinées a conquis le cœur des enfants (et des adultes) pendant plusieurs générations, et aujourd’hui encore.

De façon humoristique, Albert Uderzo et René Goscinny nous ont beaucoup appris sur les coutumes des gaulois à travers les aventures d’Astérix et Obélix. Les lecteurs ont accepté sans doutes toutes ces informations et, pourtant, les chercheurs dans ce domaine nous confirment que cette culture n’était pas exactement comme sur les BD.

Voici la vidéo de FranceTV Distribution (traduit en espagnol par FV Traductions) qui nous montre la réalité de certains aspects :


Si vous avez des vidéos françaises à traduire en espagnol, n’hésitez pas à contacter FV Traductions et demander un devis personnalisé, 100% gratuit et sans engagement.

Bienvenues sur le blog de FV Traductions

FV Traductions est enfin devenu réalité. Le site web est désormais disponible via l’adresse FVTraductions.com afin de donner plus de visibilité aux services de traduction et de rédaction que je propose.

Sur le site, vous découvrirez plusieurs pages qui expliquent l’objectif de ce que je fais au quotidien. Toutes ces pages sont assez génerales ; c’est pourquoi j’ai décidé d’y ajouter une rubrique blog afin de rester actif et de proposer du contenu intéressant a mes visiteurs.

Dans ce blog, vous trouverez des articles liés aux métiers de la traduction et de la rédaction : difficultés de la traduction, conseils pour le référencement web, curiosités linguistiques de l’espagnol, etc. Ainsi que du contenu français traduit en espagnol (chansons, vidéos, etc)…

Traduction

Qu’est-ce que c’est la traduction ? Selon le dictionnaire Larousse, traduire est l’action de « transposer un discours, un texte, l’exprimer dans une langue différente », mais cette définition reste un peu vague pour les professionnels de la traduction.

D’abord, il faut savoir qu’il y a deux métiers différents dans la traduction : les traducteurs et les interprètes. La différence est assez simple : d’un côté, les traducteurs travaillent sur des textes écrits et, de l’autre côté, les interprètes traduisent à l’oral. D’ailleurs, l’interprétation existe sous différentes formes : interprétation simultanée et interprétation consécutive.

Voulez-vous en savoir plus ? N’hésitez pas à suivre le blog de FV Traductions et d’être attentif aux articles à venir.

Rédaction

En ce qui concerne la rédaction, il s’agit de l’action de rédiger un texte. Néanmoins, le métier de rédacteur n’est pas limité à cela.

Actuellement, les rédacteurs ne sont pas que des professionnels en rédaction de textes, mais aussi en ce qui concerne les stratégies SEO pour améliorer le référencement web.

Pour ceux qui ne connaissent pas ce terme, le SEO est l’acronyme de Search Engine Optimization (« Optimisation pour les moteurs de recherche » en français). Cet aspect marketing est essentiel pour le développement d’une entreprise online et c’est pour cela que plus de 90% des marketeurs placent la rédaction du contenu web optimisé parmi les éléments les plus importants de leur stratégie.

Vous souhaitez en savoir davantage ? Consultez le blog de FV Traductions et restez informé sur les articles à venir.