Les traducteurs et les personnes bilingues

Malheureusement, dans le domaine de la traduction (et aussi de l’interprétation), on remarque depuis quelques années une sorte d’intrusion professionnelle qui touche tous les traducteurs professionnels en général.

Traducteur ≠ Personne bilingue

Lors de la phase de prospection de nouveaux clients, tous les traducteurs ont déjà reçu une réponse (ou plusieurs) plus ou moins similaire : « Ma sœur est totalement bilingue », « J’ai étudié à l’étranger, je suis bilingue » ou « Nous avons des salariés bilingues qui peuvent traduire nos documents ». Il semble exister une « légende urbaine » qui affirme que toute personne bilingue peut être un traducteur, mais rien n’est moins vrai : le bilinguisme n’est qu’une partie des métiers de la traduction.

Alors que la traduction est une profession qui nécessite plusieurs années d’études et de pratique, ce qui implique une maîtrise (notamment grammaticale et culturelle) de deux langues, le bilinguisme est une caractéristique personnelle acquise (généralement dès le plus jeune âge) qui donne à une personne la capacité de s’en sortir confortablement dans toute situation sociale dans deux langues différentes.

C’est vrai que la plupart des traducteurs sont bilingues, mais cela ne marche pas à l’inverse, car toutes les personnes bilingues ne sont pas de traducteurs. Par exemple, une personne bilingue ne possèdera généralement pas les connaissances grammaticales nécessaires pour pouvoir traduire un texte sans aucune erreur.

Les traducteurs et les personnes bilingues

Les qualités d’un vrai traducteur

En plus de parler couramment une autre langue, le traducteur doit présenter d’autres qualités tout aussi importantes :

Culture générale et curiosité

Pour être un bon traducteur professionnel, il faut lire et apprendre constamment. Il sera appelé à traduire sur différents sujets, donc il passera des heures et des heures à lire des journaux, des magazines et d’autres documents afin d’étancher sa soif d’apprendre.

Aisance rédactionnelle

Sans jamais trahir le texte source, le traducteur doit écrire de façon fluide et accessible. Éviter les lourdeurs, les fautes d’orthographe ou de syntaxe est fondamental dans ce métier. Parfois, le traducteur devra devenir rédacteur ou encore un véritable écrivain.

Polyvalence professionnelle

Bien sûr, l’activité principale d’un traducteur est la traduction. Néanmoins, chaque traduction comprend plusieurs étapes : détermination du contexte et du public cible, vérification des sources, traduction, relecture, mise en page, livraison… Il s’agit d’un professionnel polyvalent.

Expertise et expérience

Oui, l’expérience est importante pour tous les métiers, mais pas fondamentale. Pourtant, afin de trouver les bons termes et de rendre une traduction de première qualité, les traducteurs ont tendance à se spécialiser dans quelques domaines spécifiques (littérature, marketing, sports, animaux, musique…).

Flexibilité et adaptation

Un traducteur professionnel doit comprendre la finalité du texte et s’adapter afin d’identifier les subtilités et maintenir la technicité du contenu. Le but n’est pas d’exprimer l’idée et les intentions du traducteur, mais bien celles du client.


Vous recherchez un traducteur professionnel pour votre projet ? Demandez un devis gratuit et personnalisé.

Les 5 compétences essentielles pour devenir un bon rédacteur

Pendant le confinement, beaucoup de monde s’est lancé dans la rédaction de nouveaux contenus sur les plateformes en ligne pour compléter son salaire, parfois grandement impacté par la crise sanitaire et financière que nous traversons. Néanmoins, devenir un bon rédacteur est beaucoup plus que de proposer ses services de rédaction et de taper sur le clavier de son ordinateur.

Bien écrire implique bien plus que de savoir différencier « travailler » et « travaillé », ou d’avoir un vocabulaire étendu. Il est aussi nécessaire de développer des compétences qui permettent de réaliser de bout en bout une tâche et de le faire bien.

Devenir un bon rédacteur

FVTraductions vous propose de découvrir cinq compétences qui sont essentielles pour être un bon rédacteur :

Un esprit de synthèse

Un lecteur ne sera pas intéressé de lire en dix paragraphes ce qu’il peut comprendre en trois. C’est pourquoi le rédacteur doit être capable d’extraire le cœur de l’information, en éliminant les mots ou les expressions inutiles qui alourdissent le texte, tout en conservant le sens original de ce qu’il souhaite exposer. Attention toutefois, synthétiser ne signifie pas déformer l’information.

Une rédaction claire et efficace

Un bon rédacteur est capable de rendre des sujets ou termes complexes accessibles à tous. Un texte sur le ralentissement économique peut sembler du chinois pour beaucoup de lecteurs, mais la lecture sera différente si l’auteur contextualise le contenu et le complète avec des exemples réels que chaque lecteur pourra comprendre sans difficulté.

La créativité pour se démarquer

Dans le monde de l’écriture, la recherche et la diffusion de nouvelles idées est un facteur important. Personne ne voudra lire ou entendre une information qui aura été reprise et traité des dizaines, voire des centaines de fois, par différents médias. La créativité implique de réfléchir à des éléments qui permettront de se démarquer de la concurrence et de tirer son épingle du jeu : traiter un sujet depuis un autre point de vue, trouver un sujet qui n’a pas encore été abordé, intégrer des contenus multimédias et originaux…

La maîtrise des logiciels

Tout comme pour les éditeurs, la maîtrise des logiciels et des outils en ligne est une compétence que les rédacteurs ne doivent pas ignorer. Par exemple, savoir quel code ajouter dans un texte en HTML, être à l’aise avec les systèmes de gestion de contenu et utiliser des logiciels d’édition graphique sont des compétences très utiles et importantes pour ce métier. D’ailleurs, on ne devrait pas oublier les logiciels de gestion de planning ou encore de comptabilité qui pourront éviter de s’arracher les cheveux au moment d’organiser son emploi de temps ou de gérer ses factures.

Le respect des pairs

Ce métier exige le respect de son travail et de celui des pairs, ainsi que l’autocritique, la responsabilité des engagements, l’observation, le contact avec ses clients et son réseau, beaucoup de persévérance et une volonté d’apprendre et de s’améliorer continuellement.

FVTraductions est en quête constante de la satisfaction de ses clients et, malgré son expertise, demande des retours afin d’améliorer et de poursuivre sa formation professionnelle. En effet, la qualité des services se fonde sur l’évolution continuelle des compétences et l’adaptabilité face aux besoins des clients.

Vous avez un projet de rédaction en espagnol ? N’hésitez pas à contacter FVTraductions pour obtenir un devis gratuit, personnalisé et sans engagement.