Des problèmes de traduction dans la version espagnole de The Squid Game

Le dernier succès de la plateforme audiovisuelle Netflix fait fureur dans le monde entier et est devenu une véritable mine d’or pour l’entreprise américaine. En fait, le succès est tel que le créateur pense déjà à une deuxième saison.

De la colère parmi les traducteurs espagnols à cause de la post-édition de The Squid Game sur Netflix.

Néanmoins, ce succès contraste avec la colère d’un secteur professionnel essentiel pour l’internationalisation des contenus : la traduction des sous-titres.

ATRAE dénonce l’utilisation d’un logiciel défectueux

À la mi-octobre, l’ATRAE (Association de Traduction et d’Adaptation Audiovisuelles en Espagne) a publié un communiqué officiel reprochant à Netflix d’avoir utilisé un logiciel de qualité douteuse au lieu d’engager des professionnels espagnols pour traduire la version castillane.

Selon le journal ABC, « la post-édition est une (mauvaise) pratique consistant à introduire le texte original dans un logiciel de traduction automatique. Ensuite, la traduction de ce logiciel est envoyée à un traducteur humain qui révise et essaie de le rendre le plus lisible possible, étant donné que le texte produit par l’algorithme est d’une qualité plus que douteuse. Bien sûr, le traducteur humain reçoit une rémunération dérisoire, ce qui l’oblige à travailler d’arrache-pied afin de boucler les fins de mois » (source en espagnol).

Voici le communiqué officiel (ici en espagnol) traduit en français :

L’ATRAE prend position contre la post-édition et exhorte les grandes plateformes audiovisuelles à bannir ces pratiques et à cesser de nuire à un secteur déjà trop précaire.

C’est avec un certain étonnement et une certaine stupéfaction que nous avons reçu la nouvelle que The Squid Game, la série qui figure en tête des plus regardées sur Netflix depuis des semaines et sur laquelle des centaines d’articles ont été écrits faisant allusion à sa qualité, a été sous-titrée avec une traduction automatique post-éditée.

En tant que traducteurs, nous ne comprenons pas comment non seulement ce travail, mais n’importe quel travail, peut être laissé entre les mains d’un algorithme de traduction qui produit des résultats médiocres qui doivent ensuite être corrigés par un professionnel pour un prix dérisoire.

De toute évidence, il s’agit d’un nouveau clou dans le cercueil de la précarité du secteur, qui non seulement doit subir des intermédiaires qui prennent des commissions pantagruéliques de ce que les distributeurs paient, mais qui délègue désormais l’essentiel du travail à une machine, puis transmet le résultat (déficient) à un humain pour qu’il fasse ce que le logiciel n’a pas pu faire, pour un prix nettement inférieur, bien sûr.

Cette nouvelle intervient au moment même où l’on constate que Netflix augmente les tarifs de ses abonnés, ce qui rend encore plus intolérable le fait que de telles économies soient réalisées dans la traduction des œuvres, ce qui se traduit par un contenu moins bon pour les clients, tout en maximisant les profits au détriment de la qualité du contenu.

L’ATRAE exhorte les plateformes à s’adresser à leurs fournisseurs pour qu’ils cessent d’utiliser la traduction automatique post-éditée et qu’ils fassent confiance au talent humain des traducteurs, qui est vaste, abondant et constitue le seul moyen pour les productions Netflix (ou celles de tout distributeur) d’atteindre les téléspectateurs avec la qualité qu’ils méritent. Agir autrement ne peut qu’aboutir à des résultats médiocres, qui se traduiront inévitablement par une perte de réputation, de clients et d’argent pour les distributeurs, un service médiocre pour les utilisateurs et une précarisation accrue du secteur. Le pain (dur et sec) pour aujourd’hui, la faim pour demain.

Les clients sont encouragés à faire connaître leur mécontentement concernant la qualité de la traduction du contenu pour lequel ils paient religieusement tous les mois, ainsi qu’à publier sur les réseaux et marquer l’option « Signaler un problème » qui se trouve dans l’onglet « Activité de visionnage » de leur profil Netflix.

FV Traductions soutient ce communiqué et considère que le talent humain ne doit pas être remplacé par des logiciels de traduction automatique dans le seul but de réduire les coûts. Le respect des traducteurs professionnels (et tout d’autre métier) doit être la base de tout projet de traduction, quelles que soient les langues et les cultures concernées. On souhaite que cela soit corrigé pour la prochaine saison de The Squid Game et pour les séries et films à venir sur Netflix.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s